Pour toute autre suggestion,
merci de nous envoyer votre demande par e-mail à info@amt-marcoule.fr

 

Informations générales

En premier lieu, nous contacter au 04.66.39.66.97 pour exposer votre problème. Un échelonnement des paiements pourra être établi selon un échéancier approuvé par les deux parties.

Lorsqu’un salarié ne se présente pas à son rendez-vous de visite médicale, cela pénalise les agents qui sont en attente de convocation et pour lesquels nous n’avons pas eu la possibilité de trouver un créneau dans les plannings. Nous demandons aux entreprises de nous prévenir dans un délai maximum de 48H avant la convocation (par écrit c’est-à-dire par mail) en cas d’absence, sinon cela génère une facturation pour absentéisme .Les informations téléphoniques ne constitueront pas un motif d’avoir.

Une entreprise n’effectuant aucun règlement durant l’année, reçoit plusieurs lettres de relance lui rappelant les montants de ses factures. Sans réponse à ces multiples courriers, le dossier est remis dans les mains d’un cabinet de recouvrement, et l’entreprise s’expose à une suspension de délivrance des aptitudes.

Une aptitude médicale nécessite souvent, outre la consultation médicale du salarié dans nos locaux, d’autres examens complémentaires. L’aptitude ne sera délivrée que lorsque le dossier médical sera complet.

Ce délai est de 48H avant le rendez-vous prévu initialement. La date de la nouvelle convocation risquera toutefois d’être plus tardive, les plannings étant réalisés deux mois à l’avance.

Après une absence minimum de 30 jours pour arrêt maladie, accident de travail, ainsi qu’après un congé maternité il est règlementairement obligatoire pour l’entreprise de prendre un rendez-vous de reprise du travail auprès de la secrétaire médicale de l’A.M.T. . Cette visite doit s’effectuer dans les 8 jours qui suivent la date de reprise du travail.

Notre service médical est agréé dans les conditions prévues par la réglementation en vigueur et habilité pour la surveillance médicale des travailleurs des entreprises extérieures intervenant dans les Installations Nucléaires de Base.
Si l’entreprise ne possède pas un siège, une agence ou un établissement, selon l’article 45-2 du décret n° 97-137 du 13 février 1997 la surveillance médicale des salariés est exercée par le service médical de Médecine du Travail de l’INB où intervient l’entreprise.

Non, dans la mesure où les services de santé au travail ne dispensent pas de soins programmés au sens de la loi. Le respect des gestes barrières lors des visites médicales reste toutefois obligatoire.